mes astuces pour mieux vivre sa particularité

8 Astuces inestimables pour gérer ton énergie de HPI ou hypersensible

Categorie :
Tags :

Tu as déjà eu la sensation de vivre les montagnes russes niveau énergie ? Un jour, tu es à fond, tu travailles à fond et tout semble être fluide. Le lendemain, plus d'énergie, ni de motivation ? Est-ce qu'il y a un lien avec le fait d'être HPI ou hypersensible ?

Je te livre dans cet article 8 astuces que j'ai identifié pour gérer au mieux mon énergie !

1. Le sommeil, c'est la base pour faire le plein d'énergie

Breaking news ! Pour être en forme, il faut dormir ! Incroyable non ?

Plus sérieusement, la base, c'est le sommeil. Que vous soyez un petit ou gros dormeur, un manque de sommeil peut être directement responsable d'une humeur dans les chaussettes ! J'y suis particulièrement sensible. Il me manque 1h de sommeil et je me transforme en dragon. Or, selon l'étude du Dr Olivier Revol, spécialiste des HPI, ces derniers auraient un sommeil différent et moins récupérateur que les autres.

S'autoriser une sieste, ou ne serait-ce que 5 min de cohérence cardiaque dans la journée peut déjà aider à passer le cap d'une mauvaise nuit.

Et si les insomnies s'installent, il peut être nécessaire d'en parler à un professionnel de la santé.

Comment ça se passe de ton côté le sommeil ? As-tu l'impression que cela joue sur ton niveau d'énergie ?

Pour aller plus loin : As-tu déjà lu mon article pour favoriser le sommeil des personnes HPI ?

2. Éviter de commencer la journée par du sucre

J'ai récemment découvert que, en plus de ma sensibilité et de mon haut potentiel intellectuel, j'avais également des traits de TDAH. Cette découverte m'a conduit à m'intéresser davantage à mon alimentation. Selon la micro-nutrition, notre corps n'est pas particulièrement enclin à digérer le sucre le matin (il préfère le goûter pour cela).

J'ai pu donc tester un petit-déjeuner peu sucré voire salé. Ce que je constate : je n'ai plus de coup de barre à 9h30-10h ! Magique ! Et j'ai aussi beaucoup moins d'envie de sucré dans la journée.

L'alimentation peut vraiment vous soutenir pour conserver une énergie toute la journée. Mais là-dessus, je ne suis pas une spécialiste. J'ai bossé avec la naturopathe Anne-Sophie Pasquet, pour mieux comprendre ce qu'il en retourne.

As-tu essayé le petit-dejeuner salé ? Est-ce que ça fonctionne pour toi ?

Pour aller plus loin : Découvre l'atelier en ligne que nous avons créé avec Anne-Sophie "Réduire stress et fatigue avec l'alimentation"

3. L'activité physique pour booster ton énergie

Alors, je t'arrête tout de suite, je serais la dernière à te proposer de faire le miracle morning. Tout simplement, parce que je ne suis pas du matin ! (Tiens, d'ailleurs tu connais ton chronotype ?)

Ce que je peux te partager, c'est que depuis que je fais juste 10 min d'activité physique le matin, chaque jour (ou disons 5 jours par semaine), mon énergie n'est plus du tout la même ! Habituellement, il ne faut plus rien me demander après 18h. Puis, je retrouve la pêche à partir de 20h30.

Avec ces 10 min par jour, déjà :

  • j'ai envie de faire de l'activité physique parce que ça ne va pas me plomber ma matinée
  • je me sens en énergie toute la journée
  • je me sens en énergie même si je n'ai pas fait de sport ce jour là !
  • je me sens beaucoup plus joyeuse

Bon, et puis, ce n'est pas juste une impression puisque l'Organisation de la santé mondiale (OMS) elle-même assure, parmi les nombreux bien faits, que l'activité sportive réduit l'anxiété et la dépression.

Pour aller plus loin : tu trouveras l'article de l'OMS ici.

Et en tant que coach, j'ajouterai que le plus important est de trouver pour TOI, ce qui te fait du bien. Avec l'intensité, et le temps qui te convient.

Quelle activité physique arrives-tu à faire régulièrement ? Et si tu n'en as pas, sais-tu ce qui t'empêche de la mettre en place ?

4. Couper les stimulations pour préserver ta haute sensibilité

Quand je suis fatiguée, je vais avoir tendance à me réfugier sur mon téléphone et scroller comme une malade sur mes réseaux sociaux préférés. Clairement, on n'est pas sur une stratégie efficace pour se ressourcer, tu t'en doutes.

Quand je vois que je suis tombée dans ce piège, j'essaie de stopper net :

  • j'ai installé une application pour limiter à 1h par jour l'utilisation d'IG.
  • je mets en mode ne pas déranger mon téléphone.
  • je le planque dans un tiroir.

Le but, est de stopper les diverses stimulations. Elles peuvent venir du téléphone, mais cela peut être la télévision, l'entourage, les livres, les documentaires, la vaisselle qui appelle dans la cuisine ou le bazar dans la maison (ça se voit que je bosse de chez moi ?).

La stimulation, c'est comme une drogue pour nos cerveaux de HPI ou d'hypersensible. Cela te donne l'illusion d'être vivant et de prendre du plaisir. L'enjeu est de stopper cette sur-stimulation complètement vaine pour éviter l'emballement et la surchauffe. Quitte à se mettre dans une pièce dans le noir.

As-tu repéré des moments où tu étais surstimulé ? Que fais-tu dans ces cas là ? Dis-moi en commentaire.

5. S'autoriser le calme et la solitude

Parfois, on n'est pas en surchauffe de surstimulation, pourtant, le besoin de calme et de solitude peut se ressentir. Oui, quand on est hautement sensible, c'est un besoin physiologique de retrouver du calme. Et je pense que ce besoin est quotidien.

Bien des clients, qui ont des difficultés à vivre leur haute sensibilité, sont des personnes qui n'ont pas conscience de leurs besoins spécifiques de calme et de solitude.

Je le vois en test de douance, les personnes qui respectent leur besoin d'espace vital, vivent significativement mieux leur hypersensibilité.

Cela peut s'expliquer par un fonctionnement plutôt introverti. Une personne introvertie se ressource en étant seule.

Comment t'es-tu construit ton espace vital ? Et si tu n'as pas réussi, dis-moi en commentaire ce qui t'en empêche.

6. Être à l'écoute de ses besoins

Tout comme le besoin d'introversion, il peut être challengeant pour les personnes hypersensibles et/ou à haut potentiel intellectuel de se faire passer en priorité. Le risque étant de s'occuper de son entourage avant soi et donc d'ignorer totalement ses propres besoins.

Clairement, le jour où j'ai découvert que j'avais des besoins et que c'était MA responsabilité de les nourrir...J'ai cru à l'arnaque du siècle !

J'avais grandi en étant persuadée que mieux je m'occuperai des autres, plus on pourrait répondre à mes besoins. Et là, je découvre que c'est à moi de m'occuper de mes besoins : mais ça s'arrête quand ? Et puis, c'est quoi mes besoins ?

Ainsi, l'adage "on est jamais mieux servi que par soi-même" prend tout son sens. Car, vous êtes la personne la mieux placée pour savoir ce dont vous avez vraiment besoin.

Or, si tu ne réponds pas à tes besoins, ces derniers ne vont pas cesser d'exister. Au contraire, le signal du besoin va se faire de plus en plus fort. Imagine, tu ne manges pas pendant 24h. Au début, le besoin de manger va se signaler par un petit creux à l'estomac. Si tu l'ignores, le signal va s'arrêter, puis revenir 30 min plus tard, plus fort. Au bout de 24h, la faim te tiraille tellement, que tu ressens un inconfort énorme !

Tes besoins de créativité, de stimulation, de sens, etc, ne sont pas des besoins primaires et physiologiques. Pourtant, tu peux ressentir une véritable souffrance à ne pas les nourrir.

As-tu déjà fait l'exercice d'écrire les besoins que tu as qui ne sont pas nourris quand tu ressens une baisse d'énergie ?

Pour aller plus loin :

Découvre comment et pourquoi on met en place le syndrome du sauveur

Découvre les besoins spécifiques des atypiques

7. Poser des limites

Quand on apprend à écouter ses besoins, le challenge suivant est de poser ses limites. Si tu prends soin de toi, tu te fais alors passer en priorité. Et si tu es ta priorité, il y a bien des fois où tu auras besoin de dire non à ton entourage :

  • Non, je ne sortirai pas ce soir, j'ai besoin de calme
  • Non, je ne prendrai pas ce dossier en plus, j'ai besoin de temps pour finir le dossier en cours.
  • Non, je n'irai pas voir ce film violent, j'ai besoin de douceur.

C'est un vrai défi pour des atypiques parfois ultra-adaptés voire suradaptés. Oser exprimer nos limites et nos refus s'apprend. Et je peux t'accompagner sur ces points en coaching si tu le souhaites.

J'aimerais vraiment t'amener à prendre conscience combien dire oui à tout le monde, peut te coûter. Que ce soit en énergie, en charge émotionnelle, psychique. Et que ce n'est pas égoïste d'être sa priorité. Au contraire, il s'agit de prendre ses responsabilités et de ne pas porter celles des autres.

En attendant, pour aller plus loin : Le syndrome du caméléon : comprendre son impact et comment le surmonter

8. S'entourer de personnes inspirantes

Quand on prend conscience de son hypersensibilité, de son HPI ou de sa multipotentialité, mais également de son besoin de calme et de solitude, tu peux être tenté de vivre dans un cocon loin du monde.
Pourtant, ce que j'ai appris ces derniers mois, c'est que bien que tu sois en sécurité, cela manque cruellement d'interactions humaines !
Or, nous humains avons besoin de liens. C'est FON-DA-MENTAL.

Le truc, c'est de choisir les bonnes personnes : celles avec qui tu peux être authentique, auprès de qui tu peux te confier, donner tes ressentis sans jugement et qui accueillent toutes tes facettes.
Ces endroits peuvent semblait rares, en réalité, ils existent, ils se créent.
Tu y as droit, tu en as même besoin !
Ils permettent de se remotiver, de retrouver foi en soi et en l'humanité. Cela demande d'être exigeant avec les personnes qui t'entourent.

Pour trouver des personnes inspirantes, tu peux :

  • Retrouver des forums spécialisés sur les thèmes de l'hypersensibilité ou du HPI
  • T'inscrire sur un site de rencontre pour atypiques comme atypikoo
  • Te lancer dans une nouvelle activité manuelle ou créative pour rencontrer des personnes qui partagent tes centres d'intérêts

En résumé, la gestion de l'énergie peut être un véritable défi pour les personnes hypersensibles et à haut potentiel intellectuel. Les montagnes russes de l'énergie sont une réalité que beaucoup d'entre nous connaissent bien.

J'espère que ces 8 astuces t'aideront à mieux gérer ton énergie et à t'épanouir pleinement. N'oublie pas que chaque personne est unique, et tu peux adapter ces astuces à ta propre situation. Écoute-toi, sois bienveillant envers toi-même et n'ai pas peur de demander de l'aide lorsque tu en as besoin.

Quelle astuce as-tu envie d'essayer en premier ? Ou peut-être as-tu déjà développé tes propres stratégies ? Partage tes expériences et tes réflexions dans les commentaires. Ensemble, nous pouvons créer une communauté d'entraide pour mieux comprendre et gérer notre énergie d'atypiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coaching pour atypique | 
© 2024
  | Conception et réalisation  SL42,
 Design Eerji,
 Webdesign Red Manta